Alenou Lechabeakh

Courrier de Mme E. D. de Créteil

Je prends contact avec vous cet après-midi pour vous remercier tout d’abord pour la lettre “Alénou Léchabéa’h” n°11 que j’ai bien reçue et surtout des informations que vous y indiquez. Merci également pour nous avoir communiqué des nouvelles de la petite Batia de Madame et de Monsieur le Rav Peretz. Nous sommes rassurés sur sa santé, Baroukh HaChem. C’est important que vous teniez au courant – dans la mesure de vos possibilités – de l’évolution de la santé des personnes pour lesquelles vous nous écrivez.

Batia Peretz lors de son intervention au Etats-Unis

Ce petit mot pour vous dire que je souscris dès à présent – une bien modeste participation car il nous faut répondre à de nombreux appels, Bli Néder – pour la santé de Dror Bakal, arrière petit-fils du Rav Ben Ich ‘Haï. Dites-nous s’il vous plaît :
1/ où en est sa santé ?
2/ le suivi des études de ses enfants
3/ avez-vous pu réunir la somme de 300 € qui lui permettrait de faire venir par avion sa fille Chirel ?

Salomon remet vos dons à Dror Bakal, arrière petit fils du Rav Ben Ich Haï de Bagdad

En attendant de lire de bonnes nouvelles, merci pour tout ce que vous faites et de nous permettre de participer, bien modestement, à vos actions.

Courrier de Yaël F.

Je suis émue de voir quelles formidables actions Beth Chelomo réalise. Toujours soucieux d’accueillir de nouveaux contributeurs, j’apprends avec grand plaisir qu’un acte de Tsédaka a engendré et continue de générer une chaîne de solidarité aux familles nécessiteuses, aux soldats de Tsahal, au rayonnement de la Thora, à Mendy, un enfant exceptionnel dont l’état de santé requiert un soutient extérieur et surtout que la motivation première est un coup de main vers une plus grande autonomie.

Cela m’inspire que si nous commençons par un geste tel qu’un don, les conséquences seront multipliées, à commencer par une démarche exemplaire qui rayonnera sur tout nos proches.

Un seul mot Kol Hakavod ! Continuez !

En cette veille de Chavouot,

Je découvre le journal “Alénou Léchabea’h” N°5 caché entre deux journaux et que je n’avais pas encore lu. Peut-être n’était-ce pas encore le moment de formuler ma demande, il y a un temps pour chaque chose…

La nouveauté d’inclure une petite recette de cuisine de Mamie Esther sur les oreilles d’Aman rend sa lecture encore plus agréable aux femmes, surtout que je parle de ces biscuits tout au long du livre que je suis en train d’écrire.

Inclure la traduction des mots hébreux dans le journal est de la plus haute importance pour tous ceux qui comme moi ne connaissent pas la langue sainte, et c’est bien ceux là qui ont besoin d’être tirés vers la lumière !

Face à l’aide d’HaChem, je me sens redevable, dans mon cœur et en mon âme et conscience je me livre à Lui… ce que vous appelez “Hitbodédout”, et certaines réponses affluent… mais pas toutes. Comme disait inlassablement ma tante Rachel, “Patientia” !

Certes, la notion du temps de l’Eternel n’est pas la même que la notre mais avec l’aide de D. je compte bien mener ma mission aussi loin que possible et peut-être à terme… mais cela relèvera du miracle !

Le Rav David Nedjar de Beth Chemech

Rav David Nedjar, c’est pour cette raison que je vous écris afin que les vérités inscrites tout au long de mes écrits voient le jour et que la lumière soit faite sur mon histoire qui ressemble à celle de Pourim. Je formule le souhait que les âmes pauvres se repentissent, que la haine gratuite s’estompe, et que les consciences se retournent au profit d’une vérité qui sauvera le monde… la Thora. Aidé de la volonté d’HaChem, par le mérite des grands Tsadikim de ce monde et de la présence de Ra’hel, je vous demande de prier afin que la VÉRITÉ voit le jour.

Claudie Esther Bat Sim’ha.­­­­

Chavoua Tov et ‘Hanouka Saméa’h

Nous vous écrivons de Bretagne et nous souhaitons vous informer que nous vous adressons un chèque de 104€ pour l’association Beth Chelomo à la suite de votre annonce parue dans la revue Kountrass.

Le courrier part dès demain et je souhaite que vous le receviez dans les plus brefs délais afin de permettre aux soldats de Tsahal de passer de bonnes fêtes de ‘Hanouka.

Allumage des bougies de Hanouka dans une base du Néguev

Notre fils a participé à l’opération “Plomb durci” et nous savons combien leur vie est difficile et combien le soutien de l’ensemble du Peuple d’Israël est important pour eux.

Chemouel et Esther B.

Grâce à “Alénou Léchabéa’h” Beth Chelomo se découvre une nouvelle activité : “Perdu de vue”

Au Rav David Nedjar
Roch Kollel de nuit au Tombeau de Ra’hel,

Je découvre ton nom dans le courrier “Alénou Léchabéa’h” de ‘Hanouka. Salomon Chachoua le directeur de Beth Chelomo m’a bien certifié que tu es mon cousin et je lui ai demandé de te transmettre ces quelques mots.

Ton papa que j’appelais Tonton Isaac, venait me chercher de temps en temps à l’école à Rabat. Nous ne nous connaissons pas car ma famille a quitté le Maroc vers le Canada, pendant que la tienne a émigré vers la France, puis vers Israël. J’ai toujours entendu ta maman, que j’appelle Tata Esther, parler d’Israël et son seul but était de faire son Alyah, et je constate que sa foi était tellement forte que son fils est devenu rabbin, elle a su te transmettre “l’essence ciel”.

Le Rav David Nedjar devant le tombeau de Ra’hel Iménou

Je suis très touchée de voir le nom de mon oncle dans ce journal. Je suis sur le chemin de la Théchouva, pas très religieuse mais extrêmement respectueuse des valeurs de la Torah, très sensible à notre histoire et aux épreuves que traverse notre peuple. Lorsque je suis allée sur le Tombeau de Ra’hel, il y a environ douze ou treize ans, j’ai ressenti une vive émotion et une grande énergie… comme une présence à mes côtés… J’ai traversé tellement d’épreuves, mais surtout tant de miracles que Ra’hel n’est pas restée insensible à mes prières.

Nous avons tous une mission, je ne sais pas si j’accomplirai la mienne, en tout cas, je le souhaite, mais pour cela il faut avoir la santé. J’espère aller jusqu’au bout du livre que j’écris qui est un message pour toutes celles et ceux qui ne savent pas que D.ieu nous accompagne dans chacun de nos pas et nous guide jusqu’à notre dernier souffle. Le contenu de mon récit est intimement lié à la souff­rance du peuple juif. Sur fond d’his­toire personnelle, rejaillissent les épreuves de notre peuple.

J’espère que par ton intermédiaire, ma prière atteindra le tombeau de Ra’hel : “Que par le mérite des plus grands Tsadikim de ce monde, notre peuple connaisse la délivrance cette année”. Amen.

Voilà, pour une prise de contact, c’est plutôt direct. Que D. te donne la force d’étudier et de prier, la patience et la ténacité. Respectueusement, Claudie. J’embrasse Tata Esther très affectueusement, bises à ta sœur ‘Hanna et amitiés affectueuses à Aharon.

P.S. : Mon prénom est Claudie Esther Bat Sim’ha.

Félicitation à toute l’équipe de Beth Chelomo

Votre courrier “Alénou Lechabéakh” de Eloul 5772 m’a vraiment touchée. Avec des mots qui viennent du cœur, cette Lettre est un vrai Kidouch Hachem, une incitation à donner teintée d’humilité en reconnaissant que toute réussite vient de plus haut que nous et en reconnaissant la place de nos sages. Cette lettre révèle à la fois un échange avec les lecteurs, qui voient les fruits de leurs dons, un acte de confiance qui manifeste la lecture des prières demandées et plus encore une visite dans une Yéchiva où nous passons un moment avec vous. Par dessus tout vous trouvez le moyen délicat de nous faire entendre quelques enseignements du Rav Chalom Péretz Chlita sur les Pidion Néfech.

Un seul mot me vient : Bravo ! Continuez.

Yaël F. Marseille, le 06/09/2012

Cher Monsieur,

Votre lettre et son contenu m’ont ému aux larmes. Quand je me remémore ce que Mr Dror Bakal fait du bien autour de lui. Je pense que tout ce qui lui arrive, il ne le mérite pas. Vos mots pour décrire tout cela m’émeu­vent au plus profond de mon être. Tout ce que je peux faire me semble nettement insuffisant…

Bror Bakal aux côtés du Rav Grossman Chlita

Si vous saviez, cher Monsieur, combien de lettres que je reçois, ne décrivant pas le même malheur mais étant toutes aussi tristes à découvrir. Alors que faire, je fais ce que je peux pour satisfaire toutes les sollicitations. Je pense qu’il doit n’y avoir qu’une seule caisse pour satisfaire un tant soit peu les problèmes de chacun, comme la caisse “Vaad Harabanim”, par exemple.

Je remercie HaChem qu’il y aient des personnes qui font leur possible pour soulager les misères des uns et des autres. Merci et courage. Que chacun de son côté fasse son possible pour alléger les charges de chacun de nos frères.

Chana Tova Dror.
Ci joint un chèque de…
Victor M.

A Beth Chelomo,

Transmettre à Dror Bakal toute notre estime ainsi que nos sentiments de participation à son épreuve. HaChem choisit souvent des Tsadikim pour les éprouver et les purifier afin de leur donner plus de mérite pour le ‘Olam Haba et pour les rapprocher encore plus de lui, parce qu’ils sont justement déjà méritants. Mais nous, nous ne comprenons pas toujours les voix de HaChem et nous espérons que HaChem ait pitié et le guérisse complètement très prochainement et qu’il puisse ainsi retrouver ses forces et sa joie pour continuer à servir HaChem et le Klal tellement bien et se rapprocher de HaChem sans avoir à passer par des épreuves si difficiles.

Nous avons du mal à donner plus que cela, mais nous voulons et tenons à participer à aider un homme si dévoué au Klal. S.V.P, n’envoyez pas de reçu.

Shimon Pérès et Drori Bakal

Drori Bakal aux côtés du Président de l’Etat M. Shimon Pérès Zal lors d’une visite de ce dernier à Ganei Tikva.

Que Dror se rétablisse vite et complètement, qu’il ait une longue vie, heureuse, en bonne santé et dans la Thora et les Mitzvoth.
Ainsi qu’à tous les membres de Beth Chelomo nos vœux de Chanah Tova OuMévourékhet et Thizkou leChanim Raboth VeTovoth parmi tout le Klal Israël.

Yonathan G.